Installation de panneaux photovoltaïques

 

Précautions relatives à la protection de l’étanchéité à prendre lors de l’installation des équipements sur la toiture

Protection de l’étanchéité

L’étanchéité, quelle qu’elle soit, doit être protégée contre les effets de déprédation mécanique. Sans aller, comme certains le suggèrent, jusqu’à établir une protection lourde en dur (dallettes, dalles, etc.), on installera au minimum une natte spéciale en particules de caoutchouc reconstitué, difficilement combustible, d’une épaisseur de 7 à 10 mm, type BEKA resist FH/Solar par exemple.

• Sur le pourtour des équipements, il faut prévoir la mise en oeuvre d’un chemin d’accès sécurisé pour le contrôle des installations et de l’étanchéité : nettoyage et vérification des panneaux solaires, contrôle de l’étanchéité, prise de mesures rapides en cas de casse, de fuite d’huile, etc.

• Et enfin, en dehors du périmètre évoqué ci-dessus, la protection de l’étanchéité est traditionnelle, telle que prévue dans le descriptif.

Mesures à prendre

En général

  1. Planification avec les corps d’état avant la mise en œuvre
  2. Protection de l’étanchéité comme décrit ci-dessus
  3. Avis d’achèvement des travaux et réception de l’étanchéité avant la pose des équipements
  4. Autorisation d’installer les panneaux
  5. Sécurité : installation de garde-corps pour la protection ultérieure des travailleurs et la sécurisation de la toiture.

En particulier

Sur toiture neuve
• Etude et planification en présence de l’étancheur
• Etanchéité renforcée, type longue durée + isolation thermique

adaptée
• Protection selon les directives fournies ci-dessus

Sur toiture existante
• Rénovation de l’étanchéité après dépose et évacuation des

protection ou, après diagnostic et selon état de la toiture, renforcement puis
comme décrit ci-dessus.

Compte tenu de la durée de vie prévue des équipements photovoltaïques, l’étanchéité doit elle-même avoir une durée de vie au minimum de 30 ans.

Le planificateur et l’installateur de panneaux veilleront à réaliser un calepinage et à un positionnement des éléments photovoltaïques permettant à la fois un contrôle de l’étanchéité et des installations.

En cas de toiture végétalisée, les surfaces minimales de plantation exigées par les offices ad hoc doivent être respectées. On peut installer des panneaux photovoltaïques sur la végétalisation, mais sans garantie pour le tassement du substrat.

Prévoir des systèmes d’équipement amovibles permettant leur démontage, leur remplacement et leur évacuation lorsqu’ils seront en fin de vie.

Comme dit plus haut, dans la mesure du possible, ne pas « vampiriser » la toiture afin de toujours permettre un accès, soit à l’étanchéité, soit au différents modules solaires.

  

Déconseillé
Pas de contrôle de l’étanchéité possible

Stabilité : les surcharges des structures

 

Les modules inclinés par rapport à la surface de la toiture vont subir l’effet du vent. Cet effet peut être vertical, vers le haut (effort d’arrachement) ou vers le bas (compression), ou encore horizontal (cisaillement). Il est nécessaire de vérifier que l’ancrage ou le système de lestage utilisé est suffisant pour maintenir l’installation en place. On vérifiera également que la toiture et la structure portante peuvent accepter la charge supplémentaire (statique) et les effets dus aux vent (dynamique). Ces calculs de vérification doivent être réalisés par un ingénieur civil en construction ou par un bureau d’étude en stabilité.

 Exemple d’une installation renversée par le vent

Les commentaires sont clos.