Sécurité sur les toitures

Sécurité du travail – Contrôle et maintenance des toitures

Le système d’étanchéité doit être planifié de manière à ce que les contrôles et la maintenance puissent être assurés (SIA 271- art. 2.1.3.1). Les dispositifs de sécurité tels que les points d’ancrage pour les dispositifs contre les chutes, les garde-corps, les sorties de toiture doivent être planifiés en fonction des conditions locales, de l’ordonnance sur les travaux de construction (OTConst, art. 3 et 8 ) et des directives locales, de manière à permettre une maintenance sûre du système d’étanchéité (SIA 271- art. 2.1.3.2).

Extraits de « l’Ordonnance sur les travaux de construction, OTConst)

Art. 3.1   Planification de travaux de construction
Les travaux de construction doivent être planifiés de façon que le risque d’accident
professionnel, de maladie professionnelle ou d’atteinte à la santé soit aussi faible que possible et que les mesures de sécurité nécessaires puissent être respectées, en particulier lors de l’utilisation d’équipements de travail.

Art. 8     Exigences générales

1 – Les postes de travail doivent offrir toute la sécurité voulue et pouvoir être atteints par des passages sûrs.
2 – Aux fins d’assurer la sécurité des postes de travail et des passages, il faut en particulier que des protections contre les chutes au sens
des art. 15 à 19 soient installées.

On le voit, après la phase de construction ou de transformation d’un bâtiment, il est obligatoire de mettre à disposition de tous les intervenants  services d’entretien, installateurs techniques, poseurs d’enseignes, etc…une toiture totalement sécurisée.
Toutes les zones de la toiture doivent être accessibles sans risque de chute pour les utilisateurs.

Dispositifs de sécurité sur le bien construit

Il existe une multitude de dispositifs plus ou moins adaptés que nous citons par souci d’exhaustivité, depuis le système de crochet ancré sur une superstructure ou une émergence statiquement résistante jusqu’à l’installation d’un garde-corps sur les rives, en passant par la mise en place de points d’ancrage avec ou sans ligne de vie fixés dans la dalle ou la structure, ou appliqués selon le principe du corps mort ce dernier cas devant être agréé par toutes les instances concernées.

 

Crochet

Crochet d’assurage individuel

Dispositif d’ancrage
fixé dans la
structure

Principe du
corps mort

Dispositifs d’ancrage
de sécurité
avec ligne
de vie

Garde-corps

Les dispositifs de sécurité constitués par des points d’ancrage avec ou sans câbles installés sur la toiture doivent être soumis à un contrôle annuel assujetti d’un rapport écrit, et ceci selon la norme européenne EN 795, aux frais du propriétaire.

 Choix du dispositif de sécurité

Notre savoir-faire et l’expérience de nombreux professionnels des travaux annexes nous fait préconiser impérativement l’utilisation de garde-corps fixes ou autoportés, qui apportent un caractère absolu, définitif et durable au principe de sécurité.

A noter qu’aucune disposition obligatoire n’existe en ce qui concerne le choix d’un dispositif de sécurité, notamment le système avec dispositifs d’ancrage fixés dans la structure.

Le système de garde-corps ne requiert aucun entretien particulier, ni travaux connexes ou préparatoires.
En outre, il est d’un coût plus faible que tout autre système mentionné ci-avant, sans tenir compte des contrôles à effectuer.

Ainsi, la solution avec percement de étanchéité, telle celle avec dispositif d’ancrage, doit être considérée comme inepte, donc indésirable.
En effet, comment admettre que sur une toiture plate rendue étanche par un procédé que l’on s’applique à réaliser sans solution de continuité, on décide d’effectuer des perforations pour installer des systèmes d’ancrage divers ?

Il est important de rappeler qu’en matière d’étanchéité, l’une des charnières de réussite est le traitement étanche des pénétrations. Toute traversée d’un revêtement étanche présente un risque potentiel d’infiltration, aussi la mise en œuvre du raccordement doit- elle être effectuée minutieusement et selon les normes, à la fois dans l’immédiat et dans le futur.

Comme dit plus haut, un contrôle obligatoire des dispositifs d’ancrage, doit avoir lieu annuellement, selon la norme européenne EN 795.

Exemple du raccordement incorrect d’un potelet couramment rencontré

 N’oublions pas que l’utilisation avec système d’ancrage est assujettie du port d’un harnais ad hoc; cela implique, soit la possession permanente d’un harnais par l’intéressé, soit la mise à disposition d’un harnais sur place.
Notons aussi que c’est le propriétaire qui serait tenu pour responsable en cas de manquement à cette obligation.

Nous insistons sur la dangerosité des travaux sur une toiture. Des doutes peuvent être émis quant au fait que les intervenants sur
le toit utiliseront les points d’ancrage : les ramoneurs, électriciens, poseurs d’enseignes, d’antennes, de panneaux photovoltaïques, etc., voire les responsables d’entretien.

N’oublions pas que leur utilisation est assujettie du port d’un harnais ad hoc ; cela implique, soit la possession permanente d’un harnais par l’intéressé, soit la mise à disposition d’un harnais sur place.

D’ailleurs, la majorité des poseurs de panneaux photovoltaïques exigent maintenant un dispositif de sécurité permanent, tels les garde-fous.

Différents modèles de garde-corps

Autoporté

Autoporté

Fixe, boulonné dans l’acrotère

Fixe, par sabot sous le recouvrement d’acrotère

Inclinable

équipement de toitures existantes

Il est possible de procéder à la mise en place ultérieure de cet équipement.
En effet, les techniques dont nous disposons permettent d’effectuer cette installation sans aucune nuisance pour les résidents, pas d’emprise au sol élévation par grues automontantes sans acte dommageable pour le bâtiment, sans perforations de l’étanchéité, ni de fixation sur la structure horizontale et tout ceci très rapidement.

 

Principe du sabot
emprise sur la tête
de acrotère

Fixation dans la face
de l’acrotère

Recommandations de la SUVA

 

Avec des dispositifs d’ancrage, il est recommandé d’apposer, au niveau des accès au toit, un plan de l’installation qui indique de façon claire et indélébile de quelle manière la protection contre les chutes est assurée sur le toit. Ce plan fait partie intégrante de la documentation de l’installation.

• Lors de travaux avec protection par encordement, il ne faut utiliser que des EPI contre les chutes constitués de composants soumis à un examen de type.

• Les personnes travaillant avec une protection par encordement doivent avoir été formées pendant au moins une journée à l’utilisation des EPI contre les chutes.

• Dans le cas de toitures équipées sur tout le pourtour de garde-corps conformes aux normes, il convient de privilégier les accès par des escaliers, des lucarnes de toit, ou des échelles avec protection dorsale (crinoline) ou munies de glissières de sécurité (EN 353-1/2).

Protection latérale sur la rive du toit (garde-corps)

Le tableau suivant présente un comparatif des avantages et inconvénients des protections latérales ou des garde-corps installés à demeure par rapport aux protections par encordement (dispositifs d’ancrage). Dans le cas des garde-corps, les avantages l’emportent clairement.

 

Garde corps AVA-INC

On le voit, pour les toits dont la pente est inférieure ou égale à 10°, il convient de privilégier des mesures de protection collective (par ex. garde-corps) par rapport à une protection individuelle.

Les commentaires sont clos.